La seconde session des Rencontres Professionnelles s’est poursuivie mercredi 17 janvier 2018 par des échanges avec Nathalie Cabrera, directrice déléguée de l’association Jean Vilar, ainsi qu’avec Julia Gensbeitel et Léa Massé, anciennes étudiantes du Master Médiations de la Culture et des Patrimoines.

Jean Vilar (1912 – 1971) était un comédien de théâtre et de cinéma, un metteur en scène et un directeur de théâtre français. Il est également le créateur du festival d’Avignon. Ce festival a vu le jour en 1947. Le festival d’Avignon est aujourd’hui l’une des plus importantes manifestations de théâtre et d’art vivant en France. A la disparition de Jean Vilar en 1971, Paul Puaux lui succède à la direction du festival.

© Bnf

En 1979, Paul Puaux crée l’association Jean Vilar en la mémoire de ce personnage emblématique. Le but de celle-ci est de conserver les archives de Jean Vilar et oeuvrer à la transmission de son héritage. Par exemple, des archives relatives au Festival d’Avignon ou encore au Théâtre National Populaire.

L’association a trois objectifs. Tout d’abord, mettre en valeur l’oeuvre de Jean Vilar, ensuite, mettre à disposition des publics un fonds d’ouvrages et de divers documents sur Jean Vilar, et enfin, proposer des activités pour découvrir cette personnalité du monde du spectacle vivant.

Nathalie Cabrera, directrice déléguée de l’Association Jean-Vilar depuis 2016, a accueilli les membres de Muséocom pour échanger autour de son parcours, ainsi que sur divers questionnements relatifs à la mise en valeur du spectacle vivant en tant que patrimoine. Nathalie Cabrera possède un parcours professionnel riche qui tourne essentiellement autour du spectacle vivant et de la danse.

© Camille Bertrand

La directrice travaille autour des questions de la transmission de cet héritage, ainsi que du lien qu’il peut entretenir avec le présent. C’est autour de ce questionnement central que les échanges avec les membres de Muséocom ont été animés. En effet, la particularité du patrimoine de la Maison Jean Vilar est qu’il s’agit d’objets qui ne sont des “traces” d’oeuvres passées. Par exemple, des anciens costumes qui ont été utilisés pour une pièce de théâtre. Tout l’enjeu est alors de tenter de transmettre aux publics des “traces” d’anciennes oeuvres, mais aussi, d’essayer d’éveiller chez eux une curiosité pour le théâtre et leur donner envie de voir les productions scéniques actuelles.

Pour ce faire, la Maison Jean Vilar propose plusieurs activités tournées autour d’expositions, de rencontres, de projections pour permettre aux publics de découvrir l’oeuvre de Jean Vilar, ainsi que le milieu du spectacle vivant.

Cette rencontre a aussi permis de revoir deux anciennes étudiantes du Master Médiations de la Culture et des Patrimoines. Celles-ci travaillent à la Maison Jean Vilar et assurent essentiellement des missions de communication et d’archivage des fonds de la collection.