Mathilde Mérigot et Gaël Anasse, rencontre au sein de l’Université le 27/09/2017 © Laure Raffy

La première session des Rencontres Professionnelles s’est poursuivie Mercredi 27 Septembre. Nous avons eu la joie de partager un moment d’échanges avec Gaël Anasse, Directeur de l’association Art Tête, et Mathilde Mérigot, Artiste Scénographe indépendante.

Art Tête est une association qui est notamment à l’initiative des résidences d’artistes “CréaLux Cultures Numériques”. L’objectif de ces résidences est d’initier la rencontre et la collaboration entre artistes plasticiens et concepteurs ou techniciens lumière. L’association s’occupe du séjour des artistes, de l’administratif et des financements. En outre, elle organise colloques, conférences et autres actions culturelles.

En tant qu’artiste scénographe indépendante, Mathilde Mérigot réalise des scénographies pour des musées et structures culturelles, mais également pour des marques de vêtements, comme la marque Kaporal. En parallèle de son métier de scénographe, sa pratique artistique l’amène à participer à des résidences d’artistes.

L’intervention de ces deux artistes avait pour thème “De la production à la création, les résidences d’artistes” : les deux intervenants sont revenus sur leur actuelle collaboration. En effet, Gaël Anasse a proposé une résidence d’artiste à Mathilde Mérigot qui œuvre donc en ce moment même sur un projet appelé Jardin intime. Cette collaboration a permis aux deux professionnels de nous présenter de nombreux enjeux liés aux résidences d’artistes. Gaël Anasse et Mathilde Mérigot nous ont donc proposé un regard très pratique sur ce type de collaborations en attirant notre attention sur des enjeux juridiques et financiers. Plusieurs questionnements ont également été soulevés. En effet, quelle est réellement la définition d’une résidence d’artiste ? Doit-il s’agir d’un projet concret, impliquant un résultat ou est-ce un moment pour l’artiste de recherches, de propositions et de liberté ?

Gaël Anasse a ouvert la discussion en présentant son parcours. Le directeur d’Art Tête est également un artiste et, à l’aide de photographies, il nous a montré à la fois ses créations personnelles (il travaille le bois) et les artistes et les oeuvres qui ont pu l’influencer . Il a développé durant sa carrière un grand intérêt pour la mise en lumière, collaborant avec des concepteurs lumière. Lors de sa présentation, il a davantage insisté sur ses activités d’aide à la création et à la diffusion d’autres artistes. En effet, Gaël Anasse a monté différentes galeries d’exposition pour ensuite fonder Art Tête.

Quant à Mathilde Mérigot, elle est issue d’une formation d’art spécialisée en scénographie dispensée à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg. Elle s’est rapidement tournée vers la scénographie d’exposition. Elle nous a décrit la scénographie avec une grande passion, en présentant cette activité comme une démarche appliquée, au service d’un metteur en scène, d’un musée. C’est une approche sensible qui rassemble différents médias. C’est après avoir travaillé quelques années au sein d’ateliers et d’agences qu’elle a décidé de créer sa propre entreprise.

Tous les questionnements abordés lors de la table ronde, les enjeux présentés ont permis à Muséocom de découvrir un nouvel aspect des résidences d’artistes et, plus généralement, des collaborations entre artistes.

Nous remercions donc chaleureusement Gaël Anasse et Mathilde Mérigot de nous avoir accordé du temps et d’avoir répondu avec intérêt à nos questions.