Le mardi 4 juin dernier, les archives municipales d’Avignon ont fait appel à la Jeune Agence Muséocom pour animer une table ronde autour de l’exposition temporaire « On refaisait le monde (souvenirs de 1968 à Avignon) » 

Lorsque l’on évoque l’année 1968 à Avignon, on a tendance à tout de suite penser au mois de juillet et à son tumultueux festival. On pense au jeudi 18 juillet, lorsque le préfet du Gard a interdit la représentation de la pièce La Paillasse aux seins nus de Gérard Gelas, fondateur du Théâtre du Chêne noir. La décision déclenche alors de vives réactions dans le monde du théâtre, et la presse s’empare des faits. Le temps passant, les événements survenus en juillet ont en quelque sorte volé la vedette à d’autres faits antérieurs, qui ont pourtant toute leur importance au regard de l’histoire. 

La mission de Muséocom, représentée par Justine Jandot dit Danjou, a donc consisté à créer un dialogue entre les trois intervenants et témoins Michel Boucicot, Michel Crousillat et Robert Vettoretti, autour de la question « y a-t-il eu un mai 68 à Avignon ? » Ensemble, ils ont évoqué les événements qui ont rythmé le mois de mai, comme la manifestation des lycéens et étudiants des 6 et 7 mai, ou encore la grève générale du 13, avec le blocage du dépôt de la SNCF par les cheminots. Les forces en présence, les relations entre le mouvement étudiant d’un côté et celui des travailleurs de l’autre (ouvriers, employés, syndicats), de même que la force identitaire des partis politiques ont été abordées également. Enfin, les intervenants sont revenus sur les réfractaires du mouvement. Car le mythe de 68 s’est construit avec ses acteurs, ses spectateurs mais aussi ses détracteurs. Un temps d’échange avec le public a permis d’élargir le débat à la fin.

« On refaisait le monde (souvenirs de 1968 à Avignon) », le 4 juin 2019.
© Louis Weber – Archives d’Avignon – 85Fi

Grâce à des souvenirs authentiques, cette table ronde a réhabilité l’année 1968 et ses réalités, dans une bienveillance qui ne fut pas sans rappeler la « franche camaraderie » qui aurait animé le mois de mai 68 à Avignon. Une expérience enrichissante et formatrice pour la Jeune Agence Muséocom ! 

Une seconde table ronde, cette fois-ci animée par le chroniqueur Michel Flandrin, a eu lieu le jeudi 20 juin, à 18h et toujours dans la cour intérieure des archives municipales. Au centre des discussions le « tumultueux festival » du mois de juillet 68. Alors que la 73ème édition anime les rues avignonnaises, ce rendez-vous a été l’occasion d’une introduction historique et dynamique.

 

❗️L’exposition temporaire « on refaisait le monde » vous attend également sur les murs extérieurs des Archives municipales (rue Saluces, rue du Mont-de-Piété, rue de la Croix) et dans la cour intérieure : pas d’excuse, c’est gratuit et dans l’espace public ❗️


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *