Du 23 au 25 janvier, Ambre Mendoza, Fanny Garnier et Justine Chrétien, trois membres de Muséocom se sont rendues au SITEM à Paris.

Au programme ? Trois journées marathons composées de rencontres, de découvertes, de conférences et de moments de convivialités autour d’une même passion : la culture, son développement et ses professionnels.

Le SITEM est l’acronyme du Salon international des musées, des lieux de culture et de tourisme : équipement et valorisation. Il a lieu tous les ans à Paris, cité de la mode et du design.

© Ambre Mendoza

L’objectif de ce salon est de mettre en relation les acteurs du patrimoine, de leur permettre de créer du lien entre eux et de se tenir mutuellement au courant des actualités de chacun. Le SITEM est un condensé de culture, de starts-up et d’entreprises dynamiques. Ces entreprises sont des professionnels de l’équipement patrimonial, de la valorisation et de l’innovation des musées, de l’accessibilité et de l’attractivité des villes.

En 2018 le SITEM c’était : 184 exposants, 3636 visiteurs, et autant de professionnels à rencontrer pour l’équipe Muséocom !

Ce Salon est donc une réunion incontournable pour la Jeune Agence afin de rencontrer ses partenaires et plus globalement, les acteurs de la culture nationale et internationale.

Le SITEM permet à Muséocom de présenter ses missions réalisées et ses savoirs-faires dans le domaine de l’ingénierie culturelle. La Jeune Agence ne manque pas ce rendez-vous depuis plusieurs années déjà !

© Ambre Mendoza

Cette année, Muséocom a eu le plaisir de retrouver sur le Salon le stand de la start-up ARTIFY.

ARTIFY développe un produit du même nom : un tableau-écran permettant de présenter plusieurs centaines d’oeuvres d’art, préalablement numérisées en haute qualité sur un cloud. Ses co-fondateurs, Christophe Roux et Simon Cau, développent ainsi un nouveau dispositif de présentation des oeuvres d’art à introduire dans les lieux privés.

Muséocom a eu le plaisir de revoir ces deux personnes après une première rencontre dans les bureaux de la Jeune Agence, quelques mois auparavant, et l’évocation de plusieurs pistes de partenariats et de travaux communs possibles.

Muséocom a aussi rencontré la start-up Realcast créer par trois co-fondateurs : Nino Sapina, Diego Femandez-Bravo, Craig Vezina.  Nous avons pu découvrir le dispositif de réalité augmentée qu’elle propose, dans un univers médiéval et chevaleresque. Mais qu’est-ce que la réalité augmentée ? Il s’agit d’une technologie qui superpose à la réalité sa représentation numérique en temps réel. Ainsi la réalité augmentée s’appuie et s’ancre dans ce que le visiteur voit autour de lui pour venir compléter ou modifier ce qu’il perçoit. Cette technique ne doit pas être confondue avec la réalité virtuelle, qui vient totalement déconstruire et inventer une nouvelle réalité !  

Enfin, un dernier mot sur les Ateliers Chutes Libres organisés par Jérémie Triaire. Les Ateliers Chutes Libres sont des ateliers de construction en matériaux réemployés qui prennent place dans les institutions muséales. L’objectif ? Donner une seconde vie aux matériaux  qui ont servi au transport, au montage ou au démontage des expositions : carton, verre, polystyrène,… tous sont recyclés en objets insolites et utiles. Un concept que Muséocom a beaucoup apprécié… pourquoi ne pas imaginer le mettre au service de la médiation ?

© Ambre Mendoza

Muséocom a toujours à coeur de se tenir au courant de l’activité muséale et des nombreuses innovations qui y sont inhérentes. Ainsi, la Jeune Agence a profité du SITEM pour assister à de nombreuses conférences et se tenir informé !

Rébecca Bouillou et Cassandre Schinelli, toutes les deux chefs de projet – La Villette, sont venues présenter Micro-Folie et ses possibilités. Ce projet porté par le ministère de la Culture et coordonné par La Vilette associe plusieurs grandes institutions tels que le centre Pompidou, l’Opéra national de Paris ou le Festival d’Avignon. Une Micro-folie est lieu de vie culturel ouvert à tous, sur un principe de co-activité. Elle souhaite pouvoir impliquer tous les publics et leur permettre de découvrir d’autres facettes de la culture. Actuellement de nombreuses Micro-folie ont été créé dans de nombreux lieux en France mais aussi à l’étranger.  

Muséocom a également pu assister à la conférence de Demelenne Marie et Rasseaux Anne-Françoise, respectivement Conservatrice de la section d’Archéologie régionale et Médiatrice culturelle du Musée royal de Mariemont, sur l’exposition “Collection invisible” présentée lors du centenaire du Musée. Cette exposition avait pour objectif d’amener les visiteurs à s’interroger sur l’acte de “visite” lui-même, et de devenir un nouveau lieu de débat. Cette exposition se démarque par sa scénographie très particulière, elle vient mettre en évidence certains objets inédits mais également d’autres oeuvres qui semblaient “invisibles” jusqu’à présent. Ainsi, Muséocom a pu découvrir de nouvelles façons de valoriser des collections, mais aussi que le musée reste un lieu de questionnement permanents et c’est aussi ce qui fait sa richesse.


2 commentaires

rudyrock · 8 mars 2018 à 7 h 41 min

Merci , je viens de la poster.

familoo · 18 mars 2018 à 12 h 02 min

Merci pour cete article très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *