SIPC – © Iina Rissanen

Lucie Dauptain, Iina Rissanen et Caroline Fournier, trois membres de Muséocom, se sont rendues du 2 au 4 novembre 2017, au Salon International du Patrimoine Culturel, à Paris.

Comme chaque année au mois de novembre, ce salon se déroule dans le Carrousel du Louvre. Il permet aux acteurs du patrimoine et de la culture de se rencontrer, de présenter leurs compétences et leurs actualités et d’échanger autour des enjeux de leurs différents domaines d’activités, pendant quatre journées. Cette année, la thématique était « Patrimoine et Tourisme culturel ».

Le SIPC était donc une formidable opportunité pour Muséocom de présenter la Jeune Agence et ses activités à de nombreux professionnels, tous riches de compétences et d’expériences variées : des artisans perpétuant des savoirs-faire traditionnels, des organisations nationales ou internationales, des institutions culturelles, des entreprises qui œuvrent dans le numérique…

SIPC © Lucie Dauptain

Lucie, Iina et Caroline ont rencontré des représentants de l’entreprise familiale La Chaux St-Astier, qui participe à la rénovation de sites patrimoniaux européens importants. Elles ont échangé avec le mouvement associatif Rempart, qui rassemble les chantiers bénévoles de sauvegarde et de restauration du patrimoine en France. Elles ont aussi eu l’opportunité de se rapprocher de la Cité de l’Architecture, qui leur a présenté leur actualité et notamment leur future exposition : Globe, architecture et sciences explorent le monde. Enfin, les membres de Muséocom présentes sur le salon ont été sensibles aux présentations des entreprises œuvrant dans le numérique. Elles ont pu essayer les casques de réalité virtuelle de l’exposant Art Graphique et Patrimoine, entreprise qui met sa maîtrise technique au service de la recherche et de la médiation du patrimoine. Rencontrer cet exposant a été l’occasion de remettre en question les préjugés que certains peuvent avoir sur l’utilisation du numérique dans le domaine de la culture et du patrimoine.

Parce que le programme de conférences a retenu notre attention, les représentantes de Muséocom ont décidé de leur consacrer une journée de plus que prévu au salon. A trois, elles ont ainsi pu assister à douze conférences sur des thèmes aussi variés que : les musées, les régions, les labels, le numérique. Parmi ces dernières : « La médiation numérique patrimoniale en 2018, des expériences plus immersives, plus humaines, plus vivantes », qui leur a permis d’entendre de nouveau Pierre Croizet, le directeur médiation culturelle d’Art Graphique et Patrimoine, et « Toucher de nouveaux publics grâce aux réseaux sociaux », menée par Florent de Carolis, de J’aime mon patrimoine. Toutes deux portaient sur le numérique et la manière dont le numérique peut modifier le rapport du public à la culture. Une attention particulière a été portée sur la nécessité de proposer de nouveaux outils, certes, mais avec précaution. En effet, mal utilisés, ces nouveaux dispositifs peuvent devenir des nuisances pour les visiteurs.

Sur un tout autre sujet, Lucie et Iina se sont également rendues à la conférence « Les musées  : une invitation à une nouvelle forme de tourisme », menée par Christine Bouilloc, conservatrice du Musée Bargoin de Clermont-Ferrand et Danièle Wozny, experte Culture et Patrimoines. Cette conférence a permis de découvrir la vision de la culture de ces deux femmes : celle d’un patrimoine vivant, d’un musée comme lieu d’échanges, de partages et de rencontres. Une conférence coup de cœur pour Muséocom !

Trois jours qui ont été une très belle expérience pour les membres de Muséocom. Il a été enrichissant de rencontrer des professionnels aux compétences variées et de prendre conscience des multiples innovations portées par tous ces acteurs. Ce salon a constitué un moment de questionnement et de réflexion autour de questions pertinentes sur le tourisme, le patrimoine et le numérique. Muséocom remercie grandement chacun des exposants qui lui a accordé de son temps et chacun des conférenciers qui lui a transmis ses connaissances et ses sujets de réflexions. Que nos rencontres et nos propositions donnent lieu à des collaborations ou non, ces trois jours nous auront beaucoup apporté.