La Garance, seule scène nationale du Vaucluse, nous a fait le plaisir de clôturer la quatrième journée des Rencontres Professionnelles.
Retour sur un échange autour de l’itinérance et des relations avec le public en compagnie de Marion Bourguelat et Ophélie Brisset, toutes deux médiatrices dans ce lieu culturel résolument engagé en faveur de l’accessibilité.

Située à Cavaillon, La Garance est une scène nationale dont les missions sont intimement liées à son label. Développer la pluridisciplinarité, travailler avec le territoire et les populations locales, soutenir la création contemporaine et s’engager en faveur de l’enfance et la jeunesse, voilà les principales missions d’une scène nationale. Pour y répondre, la Garance a, en plus de sa programmation « dans ses murs » et ses actions culturelles, développé une proposition artistique itinérante : Nomade(s). Créations décentralisées, elles se jouent dans des lieux du quotidien : place du village, salle des fêtes, foyers ruraux, champs d’oliviers, etc. Plus que des rendez-vous artistiques, elles sont de véritables moments d’échanges, riches en émotions et en expériences.

Marion Bourguelat est la médiatrice attachée aux Nomade(s). Après des études théâtrales et un master « Projets culturels dans l’espace public », elle est aujourd’hui en charge de la coordination de cette proposition avec les communes. Médiation, logistique, technique, ses missions sont variées puisqu’elle met en œuvre cette programmation « hors les murs ». Ophélie Brisset est, quant à elle, attachée au développement des publics. Travaillant avec des publics éloignés (jeunes isolés, centre pénitentiaire, personne en situation de handicap,etc), elle développe des actions en faveur de l’accessibilité : stages de théâtre et formation de chuchoteur (rendez-vous en bas de la page pour en savoir plus) ne sont que quelques exemples de ses actions. Également, liée à une des missions d’une scène nationale, elle développe des évènements dans les quartiers défavorisés de Cavaillon. Finalement, parmi les douze membres permanents de La Garance, près de la moitié ont pour cœur de métiers les publics, ce qui démontre la volonté bien ancrée d’œuvrer contre la ségrégation culturelle et pour l’accessibilité de tous.

Cette demie-journée fut un réel moment de découverte et d’échange sur le rôle et les missions d’une scène nationale. Ainsi, elle est un outil de décentralisation des arts vivants, œuvrant en faveur de la création contemporaine et contre l’exclusion. Les relations avec les publics ont également été au cœur de cette après-midi. Nous retenons l’engagement et la pluralité des actions des médiatrices pour répondre aux missions : ateliers du regard, interventions artistiques, ateliers de moulage, parcours adolescent… La médiation des arts vivants est d’autant plus plurielle, qu’elle regroupe de disciplines différentes (théâtre, danse, musique, arts du cirque, marionnette).

Muséocom la Jeune Agence remercie chaleureusement Ophélie Brisset et Marion Bourguelat pour ses échanges, qui, à coups sûrs, ont réveillé certaines vocations chez les Membres de Muséocom.

.

L’actualité de La Garance :

Le samedi 13 octobre, La Garance, en partenariat avec Eveil Artistique et le Théâtre des Doms, organise une formation pour devenir chuchoteur. Il s’agit d’accompagner un spectateur déficient visuel au théâtre et lui chuchoter des indications visuelles, à sa demande.

Rendez-vous sur le site internet de La Garance pour vous inscrire.