Créés en 1987 par le Conseil de l’Europe, les Itinéraires culturels européens (Cultural Routes) sont des réseaux patrimoniaux et culturels permettant de voyager à travers l’Histoire de l’Europe. Des routes Viking jusqu’aux chemins de Mozart, en passant par la Via Charlemagne, les itinéraires présentent le patrimoine européen sous des formes variées et complémentaires. Ces réseaux rassemblent ainsi organismes, collectivités, associations, musées, établissements publics, entreprises de tous les pays du Conseil de l’Europe. En 2017, la Fédération Française des Itinéraires Culturels Européens (FFICE) lance le programme DECRA (Developing European Cultural Routes For All), sous subventions du Conseil de l’Europe. L’objectif de ce projet est de permettre la réunion des différents itinéraires pour engager des discussions et la transmission des savoirs-faire détenus par chacun. Le programme base en grande partie ses missions sur les principes de la Convention de Faro, privilégiant l’inclusion sociale de tous les membres et acteurs vivants du patrimoine dans les actions de valorisations entreprises. 

C’est à la sixième réunion de ce projet qu’Océane Girault et Nathan Martin, membres de Muséocom, se sont rendus, avec deux maîtres de conférences de l’équipe pédagogique : Isabelle Brianso et Lise Renaud. Tenu du 16 au 18 octobre à Weissenfels, dans le centre-est de l’Allemagne, ce séminaire de travail avait pour thème « l’accessibilité physique et numérique dans les itinéraires culturels ». Au programme de cette semaine : présentation des participants, des itinéraires, échanges autour des projets liés à la thématique de la rencontre et visites de sites membres des routes Transromanica et Via Regia, hôtes de l’événement. Les journées étaient découpées, entre réunions collaboratives les matinées et sorties patrimoniales les après-midis.

Le mardi 16 fut consacré à l’introduction des objectifs de la rencontre par Marie Gaillard, chargée du projet DECRA, avant d’effectuer une visite d’étude sur la question de l’accessibilité au château de Lützen, au musée Gustav Adolf, puis à la Geleitshaus de Weissenfels. Ces moments ont permis de soulever les problématiques de l’accessibilité physique pour les publics empêchés, les difficultés rencontrées par les sites pour répondre à ces besoins et les actions engagées.

La journée suivante fut rythmée par la présentation successive, dans la matinée, des projets d’accessibilité physique et numérique des douze itinéraires présents. Durant ce temps de transmission, Lise Renaud a proposé une introduction de ses travaux de recherche sur des dispositifs numériques ; Océane Girault a également pu présenter en anglais son mémoire de recherche sur l’accessibilité du patrimoine pour les publics déficients visuels, à travers trois exemples d’outils développés au Petit Palais, au Louvre ainsi qu’au musée Saint-Raymond de Toulouse. Cette journée s’est conclue par une visite d’étude au château de Gosek, où ont été présentés des dispositifs d’accessibilité numérique.

 

© FFICE

Enfin, le jeudi 18 octobre s’est déroulé un « speed dating » de projets patrimoniaux. Chaque participant a eu la possibilité d’expliquer brièvement deux expériences qu’il a vécu, représentatives de l’accessibilité physique et/ou numérique dans leur itinéraire. Ces échanges ont été suivis d’un travail de restitution de ces exemples. Les membres d’itinéraires ont ainsi pu mettre en pratique la compréhension de leurs actions dans un temps restreint, en confrontant la présentation de leur travail avec le ressenti de son interlocuteur. La journée s’est terminée par une restitution générale de la semaine, des avancées effectuées par chacun et des possibilités d’évolution pour le programme DECRA.

Ces trois jours de séminaire de travail furent particulièrement intéressantes. Rencontrer des professionnels de la culture et du patrimoine provenant de nombreux pays européens a été très enrichissant pour comprendre les enjeux de la valorisation patrimoniale en Europe, mais aussi les problématiques professionnelles sur ce territoire. Leurs projets tout comme leurs expériences sont également des pistes de réflexion fertiles pour le développement d’outils ou de dispositifs à destination des publics et acteurs de ce patrimoine commun.

La prochaine rencontre du programme DECRA se déroulera à Strasbourg, du 29 au 31 janvier et portera sur la création, le développement ainsi que la valorisation de ces réseaux patrimoniaux. Il sera également question de l’élaboration d’une plateforme en ligne pour faire découvrir ces travaux, réflexions et collaborations à une plus grande audience.

Nous souhaitons remercier Marie Gaillard, en charge du programme DECRA, les itinéraires d’accueil (Via Regia et Transromanica), Christophe Voros, président de la FFICE, ainsi que la ville de Weissenfels, d’avoir permis la tenue de ce séminaire, qui nous semble important pour le développement de la question patrimoniale en Europe. Nous remercions également Isabelle Brianso d’avoir permis notre présence à cette belle rencontre, qui ne manquera pas de faire grandir notre intérêt pour les thématiques soulevées par ces projets.

– Océane Girault et Nathan Martin